Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2017 1 05 /06 /juin /2017 15:52
Art Rock 2017 #3 Dimanche soir

Entendu vendredi pendant le concert des Kills, venant d’un festivalier grincheux : « de toute façon, les bretons n’aiment pas le rock ». Ne me demandez pas pourquoi ce quidam en arrivait à cette assertion aussi radicale que définitive, alors que les dix premiers rangs dodelinaient de la tête sur les riffs du duo anglo-américain. Alors comme ça, Art Rock ne serait plus assez rock ? Et la Bretagne serait juste une terre pour babos notredamedeslandais ou breizhous gavottés ? Je m’apprêtais à sortir mon power point verbal en trois parties et six sous parties, rappelant que la Bretagne, c’est aussi l’émergence de Nirvana et la reformation des Bérus aux Transmusicales de Rennes, le succès (inter)national de groupes comme The Craftmen Club ou Totorro, ou encore la terre du festival Pont du Rock, ancré en Bretagne depuis 28 ans. Et puis je me suis ravisé. Parce qu’il fallait s’entendre sur la définition du mot. Parce qu’il fallait ce dimanche que je regarde ce qui en terme de rock sortait du lot. Et puis parce que, sur le coup, je n’avais pas de stylo. Art rock usurpait-il la deuxième partie de son nom ?

Non.

Parce qu’à 15h00 à la Passerelle, c’est déjà deux définitions du rock qui se sont succédées : Radio Elvis et Bertrand Belin. Le premier, sorte de précipité miraculeux entre Bashung et Dominique A, béni par la fée mélodie, a galvanisé le public. Le second, dandy sec et lettré, bulle d’ironie dans une Santiag bien cirée, a mis tout le monde d’accord. Deux visions du rock, mais un même champ lexical : élégance, intelligence, incorruptible.

Parce qu’à 19h30, Thomas Azier a su mettre dans sa poche le public en convertissant ses mélodies d’argent en or scénique. Belle prouesse d’alchimie. L’exercice si périlleux de transposer son univers sur une grande scène passé de main de maître.

Parce qu’à 21h00, les tant attendus The Black Angels n’ont pas déçu en déployant leur rock azimuté, à la fois nerveux et aérien, psychédélique. Dommage à nouveau que le son ne soit pas au rendez-vous, trop d’aigus ou trop de graves, il fallait parfois trouver la bonne place dans la foule pour éviter la bouillie sonore. Dommage, mais résolument rock.

Parce qu’à 22h30 et 00h15, deux groupes emblématiques de la scène rock mondiale ont sorti leur fulguro-poings pour rappeler qu’il fallait compter avec eux. Metronomy et Archive, jamais racoleurs, mais puissants, chacun à leur manière. A ce stade d’un festival, on ne commente plus chaque morceau, mais l’impression d’ensemble : une belle machine à envouter, parfois un peu trop polissée, mais à nouveau, résolument rock.

Et enfin, parce que la relève est assurée. Deux groupes entendus tard dans la nuit au Forum, Nova Twins et Shame, n’ont pas fait la dentelle. Charges explosives, radicalité, efficacité. On ne vient pas pour l’originalité mais pour l’envie de se faire submerger par ce son travaillé jusqu’à l’os. Capable de faire hocher la tête malgré la fatigue, après trois jours de festival. Définitivement rock.

Alors si je reprends ce commentaire entendu, oui Art Rock est toujours une vitrine du rock en Bretagne. Et mérite bien son nom. Pour être tout à fait honnête, ce n’est pas la meilleure édition à laquelle Euphonies a participé. Mais comme les albums d’AC/DC ou les films de Woody Allen, il y a toujours un moment de magie, quelque chose d’unique qui se passe.

Remercions donc tous ceux qui ont rendu possible ce mélange improbable de rock, mais aussi de funk, de rap, d’électro, de chanson française. Tous ceux qui ont bossé sur tous les projets (une pensée particulière pour les petites mains du projet Carabosse). Une bise aussi à tous ceux qui comptent lors de ce festival, présents ou absents : Anne, Juliette, Julien, Marc, Jean-Louis, Olga, Thomas, Hervé, Annabelle, Morgane. Et un grand merci à Jacqueline pour sa présence, son oeil et ses photos sur son tout nouvel appareil !

A l’année prochaine !

Ibibio Sound Machine (photo Jacqueline Ledoux)

Ibibio Sound Machine (photo Jacqueline Ledoux)

Sortilège au parc des promenades (photo Jacqueline Ledoux)

Sortilège au parc des promenades (photo Jacqueline Ledoux)

The Black Angels (photo Jacqueline Ledoux)

The Black Angels (photo Jacqueline Ledoux)

Bertrand Belin (photo Jacqueline Ledoux)

Bertrand Belin (photo Jacqueline Ledoux)

Last goodbye (photo JB)

Last goodbye (photo JB)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Euphonies
  • Euphonies
  • : Musiques surtout, d'hier et d'aujourd'hui. Au gré des envies et des découvertes.
  • Contact

Playlist Le Bout du Monde

Recherche

Dans ma cabane une platine

Ebuzzing

http://labs.ebuzzing.fr

En boucles d'oreilles

1. Scott Matthews - Unlearned

2. Har Mar Superstar - Bye, bye 17

3. Junip - Junip

4. Nick Cave & The Bad Seeds - Push the sky away

5. Aline - Regarde le ciel

6. Fauve - e.p

7. Bumpkin Island - ten thousand nights

8. Hot Chip - In Our Heads

9.Bertand Belin - Parcs

10.Stromae - Racine Carrée

Et pour quelques titres de plus...

Suivez-moi sur Spotify

Extension du domaine...

Paperblog