Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 11:05
Art Rock 2017 #2 Samedi 3 juillet

6 choses que vous ignoriez sans doute sur ce samedi soir à Art Rock (la 5ème va vous couper le souffle !)


1.La majorité des festivaliers qui achètent un billet ou un forfait va voir des concerts. Mais notre étude nous laisse entendre qu’une minorité ne voit rien, ne se déplace pas devant les scènes et n’a même pas de carte Cashless. Qui sont ces gens ? que veulent-ils ? Et pourquoi se regroupent-ils dans de mystérieuses alcôves dans l’enceinte du festival ? Quelle est la signification de cet étrange bracelet qu’ils portent tous au poignet ? Euphonies mène l’enquête.


2. Il y avait dans le public de Cléa Vincent beaucoup d’hommes. Mais aussi beaucoup de femmes. On a même pu apercevoir des enfants. Ils ont donc tous pu profiter des ritournelles synthé-pop de la chanteuse pianiste devant la scène B. Les morceaux sont frais, entrainants même si l’ensemble manque encore de densité et d’originalité. On pense à Pendentif ou The pirouettes, la même (fausse) légèreté qui va bien pour commencer cette soirée sous un ciel encore clément (voir précédent article).

3. Les initiales de Ibibio Sound Machine sont ISM. Si l’on remplace le S par un B, cela donne IBM. Un hasard ? A la rédaction d’Euphonies nous le croyons pas. A moins que le I soit pour Intensité, S pour Swing et M pour Musicalité. Le collectif londonien a hier soir fait monter l’exigence musicale d’un cran avec une proposition artistique implacable. La chanteuse Eno Williams a une présence scénique impressionnante, se dandinant généreusement sur une structure rythmique métronomique et des cuivres ronds et chaleureux. On a une pensée pour le concert de Sharon Jones (partie trop tôt) sur cette même scène il y a quatre ans. Même envie d’en découdre, même joie d’être là. Une belle découverte de cette édition 2017.

4. Un panda est monté sur scène pendant le concert de Julien Doré. C’est en tous les cas le témoignage d’une partie d’une public présent hier soir. Effets psychotropes ? Hallucination collective ? en tous les cas, le public ne faisait qu’un pour entonner les tubes du dandy populaire, qui leur a donné pour leur argent en faisant le job. Pas trop d’effets de manche, un set propre et efficace, de quoi ravir tous ceux qui étaient venus en priorité pour voir la nouvelle idole des jeunes (et des moins jeunes). On pourra reprocher à Julien Doré, comme sur album, de ne pas assez varier les arrangements ou les lignes de chant, mais la recette fonctionne et le bonhomme a le sens du spectacle : arrivée en moto, explosions de confettis, seul la pluie à deux reprises viendra un peu gâcher le concert. Entendu dans la foule à la sortie : « C’était plus Julien mouillé que Julien Doré ». CQFD.

5. Une secte mystérieuse s’est introduite dans le parc des promenades à la tombée de la nuit pour mettre en place un étrange rituel pyromane. Illuminati ? Klux Klux Klan ? Se balader hier soir dans les allées du parc était en tous les cas fascinant et visuellement à couper le souffle. Où que le regarde se porte, des flammèches, des flammes, des flambeaux, des structures en feu, perçant dans l’obscurité. Ici une balançoire, là des structures métalliques, l’ambiance était surréaliste, et se balader dans le parc donnait l’impression d’assister à une inquiétante messe noire à laquelle on participait dans un mélange d’émerveillement enfantin et de curieuse inquiétude. Après recherche, la secte s’appelle la Compagnie Carabosse et ce n’est pas leur premier fait d’arme. Ils remettent d’ailleurs ça ce soir. A ne pas manquer, expérience marquante.

6. Le début du set d’Acide Arab a été piraté par des sbires de Donald Trump. A moins que ce ne soit un coup de Deluxe, la formation qui précédait sur scène et qui voulait que le public reste sur la force festive de leur proposition ? Ou alors un simple retard dû à des problèmes techniques ? Nous ne le saurons sans doute jamais. Quoi qu’il en soit, c’est avec une petite dizaine de minutes qu’Acid Arab investit la grande scène et lance leur machine à danser. Tous les ingrédients d’un set Dj sont présents, ruptures de rythme, montées, descentes, jeux de lumières. Avec la petite touche en plus, arabisante, lancinante, se mariant à merveille avec le martèlement de certains beats. Le contrat est rempli et les festivaliers fourbus peuvent quitter la grande scène pour se reposer un peu avant d’entamer cette dernière journée.

A ne pas rater : Radio Elvis et Bertrand Belin à la Passerelle, Abra, The Black Angels, Metronomy, Archive… Et Soon She Said au Y’a Skiff à 19h45.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Euphonies
  • Euphonies
  • : Musiques surtout, d'hier et d'aujourd'hui. Au gré des envies et des découvertes.
  • Contact

Playlist Le Bout du Monde

Recherche

Dans ma cabane une platine

Ebuzzing

http://labs.ebuzzing.fr

En boucles d'oreilles

1. Scott Matthews - Unlearned

2. Har Mar Superstar - Bye, bye 17

3. Junip - Junip

4. Nick Cave & The Bad Seeds - Push the sky away

5. Aline - Regarde le ciel

6. Fauve - e.p

7. Bumpkin Island - ten thousand nights

8. Hot Chip - In Our Heads

9.Bertand Belin - Parcs

10.Stromae - Racine Carrée

Et pour quelques titres de plus...

Suivez-moi sur Spotify

Extension du domaine...

Paperblog