Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2017 6 03 /06 /juin /2017 12:07
Art Rock 2017 # 1 Vendredi soir

Hier soir a commencé la 37ème édition du festival Art Rock sous un soleil clément (je ne sais pas pourquoi c’est toujours le soleil qui est clément quand la foule est chaleureuse, jamais l’inverse. Pourtant des fois…) Après Yeah! la mode et United Pantings, la thématique de cette année est Fantastic Elements, thématique à nouveau exprimée en anglais. A croire que « Fantastiques éléments » doit trop sonner fête de la science à Pleumeur Bodou. Passons.

Quatre éléments, l’air, l’eau, le feu, la terre que l’on allait retrouver tout au long de cette soirée. Presque autant que la bière et les perches à selfie.

Air : si étonnamment je n’ai croisé aucun Hand Spinner sur le festival hier soir, j’ai découvert un autre brasseur d’air en la personne de Roméo Elvis. Annoncé dans le communiqué de presse comme « véritable bête de scène » (…) qui « chauffe le public en deux punchlines bien senties » de mon côté j’ai plutôt vu une bête de foire capable de faire passer les textes d’Orelsan pour des parangons de raffinement. S’il suffit de se trémousser comme Benny B en ânonnant des insanités (écoutez le consternant et sexiste Drôle de question) pour être considéré comme une bête de scène, je pense que Joey Starr a du souci à se faire.


Plus mitigé, le concert de La Femme m’a laissé un peu sur ma faim. S’ils ont fait bien circuler de l’air, les foutraques Marlon déguisé en pompiste et Clémence déguisée en… euh, déguisée quoi, ont emprunté des couloirs parfois très, trop casse gueule. Au milieu du set, j’ai eu l’impression d’assister à un concert de Bernard Minet période Club Dorothée, tant dans le phrasé chanté que la déglingue rythmique digne de Teletubbies sous acide. Tout y passe, du saut dans la foule aux pitreries bon enfant. Reconnaissons cependant à La Femme de savoir souffler le chaud et le froid, capable également de proposer des hymnes régressifs mais hypnotiques et fédérateurs. Une majorité du public est conquise et en transe. Love is in the air.

Terre : festival urbain par excellence, Art Rock a encore prouvé cette année sa capacité à offrir des représentants de multiples continents, du local de l’étape Dominic Sonic aux norvégiens de Slotface en passant par les australiens de Jagwar Ma. Ces derniers justement ont proposé hier un set fidèle à leur signature musicale, inventive, décloisonnée, souvent accrocheuse par des trouvailles mélangeant samples, psychédélisme et pop 3.0. Dommage que le son sur la grande scène n’était pas (encore) au rendez-vous, manquant de rondeur et d’équilibre. Certains morceaux paraissaient donc brouillons ou en deçà de leur potentiel. Dans un autre registre, la tellurique Coely a convaincu le public de la scène B (diablement plus agréable cette année) avec son mélange de soul-funk et de rap dans une énergie plus que communicative.

Feu : Le mur du son imparable de The Kills a mis le feu en cette de fin soirée, proposant un concert remarquable d’élégance, de rock racé et de présence scénique. La flamboyante Alison Mosshart a pris d’assaut la Grande Scène à la nuit tombée pour une performance incandescente, pleine de rage canalisée, et sublimée par les riffs bruts ou ciselés de Jamie Hince. Le show est tendu, brûlant, et sauf quelques intermèdes de samples téléphoniques, sans temps mort. La chanteuse finira le concert allongée au sol, avant de s’allumer une cigarette pour le dernier morceau. Incandescent on vous dit.

Eau : de l’eau, on n’en a pas beaucoup vu hier soir. Ni du ciel (tant mieux) ni dans les verres (tant mieux. Ou tant pis. A vous de voir).

Rendez-vous ce soir pour d’autres éléments fantastiques. Et pour les pyromanes en herbe, ne ratez pas la création de feu de la compagnie Carabosse, dès 22h30 au parc des promenades.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

covix 03/06/2017 19:44

Bonsoir,
Finalement ce fut une bonne soirée, tout dépend comment on l'interprète.
Bonne soirée que je n'espère pas mouilée comme en ce moment à lyon.
@mitié

Présentation

  • : Euphonies
  • Euphonies
  • : Musiques surtout, d'hier et d'aujourd'hui. Au gré des envies et des découvertes.
  • Contact

Playlist Le Bout du Monde

Recherche

Dans ma cabane une platine

Ebuzzing

http://labs.ebuzzing.fr

En boucles d'oreilles

1. Scott Matthews - Unlearned

2. Har Mar Superstar - Bye, bye 17

3. Junip - Junip

4. Nick Cave & The Bad Seeds - Push the sky away

5. Aline - Regarde le ciel

6. Fauve - e.p

7. Bumpkin Island - ten thousand nights

8. Hot Chip - In Our Heads

9.Bertand Belin - Parcs

10.Stromae - Racine Carrée

Et pour quelques titres de plus...

Suivez-moi sur Spotify

Extension du domaine...

Paperblog